Inquisition - Les Aventures de Chrislanuit

Fleurs de mon Mal
Aller au contenu
Le Sabbat par David Ier Teniers
L’inquisition œuvrait déjà depuis l’an 1234 pour des cas combinés d’hérésie et sorcellerie

Du XVe au XVIIe siècle, des milliers de bûchers furent allumés sur toute l’Europe pour anéantir toutes traces des sorcières. Le monde était fou en ces temps pas si lointains à croire ainsi à la sorcellerie, un moyen rapide d’élimer ses ennemis

Fin du moyen-âge des groupes de la population chassés par des pourvoyeurs de mort, en cause leurs différences, leurs croyances et leurs pratiques considérées comme déviantes par le clergé.

Plusieurs milliers de personnes brûlées dans les flammes pour acte de sorcellerie, adoration d’un culte satanique trouvant sa réalisation dans le sabbat  

Une chasse officialisée en 1484 par la bulle du pape Innocent III
Innocent II fait brûler les hérétiques, enluminé par le Maitre de Boucicaut
Après les Vaudois, les Hussites, les Cathares, viendra le tour des Chevaliers Templiers, jugés pour hérésie et complot contre l’état, bien des corruptions et complots ourdis par ceux qui tenaient les rênes du pouvoir, Etat et Clergé étaient liés dans le même désir de domination et d’extermination.

Les guérisseuses sont suspectes par leurs pratiques

Le tri de démons et de sorciers, les incubes masculins et succubes féminins, les uns travaillant toujours avec les autres

« La luxure » de Taddeo di Bartolo
Pourtant beaucoup oeuvraient pour des princes et majestés, couverts de bijoux à la robe royale étincelante ou celle pourpre de la papauté.

Ceux et celles capables de réaliser des potions, des filtres pour apporter meilleure santé ou déposséder de l’identité, allongent la liste des suspects
Malleus maleficarum. Le Marteau des sorcières, édition 1517
Le Marteau des sorcières, le manuel de base des chasseurs de sorcières, le code criminel utilisé lors des enquêtes, interrogatoires et procès en sorcellerie.

Première édition en l’an 1486.

Ce manuel est inspiré de ceux antérieurs comme celui du Directoire des Inquisiteurs rédigé par Nicolas EYMERICH  

Une partie de cet ouvrage est consacré aux sentences possibles selon la gravité des faits reprochés
Objets du leveur ou jeteur de sort : livres, eau, serpent, sel, cierges bénis, crucifix, ossements humains… H.Breton
1. Accusée reconnue non coupable, sentence est l’absolution, souvent avec un passage en prison auparavant et possibilité de lapidation par la population à sa sortie d'enfermement "il n'y a pas de fumée sans feu"

2. Accusée simplement dénoncée par la rumeur publique, sentence est la Purification canonique avec prison auparavant et par la suite pour éviter toute fuite, qui en fin de vie finira sur le bûcher

3. Accusée dénoncée par la rumeur publique mais relevant de la torture. Si elle n’avoue pas, la sanction sera l’absolution (voir chapitre 1). Si elle avoue, elle sera reconnue coupable, si elle regrette, elle sera emprisonnée à vie, dans le cas contraire elle sera brûlée vive

4.  Accusée violemment suspectée d’hérésie, si elle regrette, elle sera emprisonnée à vie pour finir sur le bûcher, dans le cas contraire elle sera brûlée vive immédiatement après le jugement du tribunal

5. Accusée ayant avoué son hérésie, repentante et croyante, elle devra abjurer publiquement un jour de fête, pourra être excommuniée ou bien prison à vie au pain sec et à l’eau, ou encore brûlée vive pour éviter son évasion

6. Accusée qui avoue son hérésie repentante et incroyante, sentence est l’enfermement pour exprimer ses regrets, puis ensuite même suite que dans la chapitre 4, dans le cas contraire elle sera brûlée vive.

7. Accusée convaincue  d’hérésie et prise en flagrant délit mais qui s’obstine à nier, emprisonnée à fortes chaines durant une année pour obtenir ses aveux, quelque soit ses réponses elle finira sur le bûcher

8. Accusée convaincue d’hérésie mais fugitive par contumace, dans tous les cas la sentence sera le bûcher

Folios d’un manuel de nécromancie, Cim 849 de la Bayerishe Staatsbibiothek
Folios d’un manuel de nécromancie, Cim 849 de la Bayerishe Staatsbibiothek
Folios d’un manuel de nécromancie, Cim 849 de la Bayerishe Staatsbibiothek


Près de 50 000 victimes brulées vives dans les flammes du bucher, en place publique pour marquer l’esprit de ceux et celles qui seraient tentés par se rebeller.

Les dominicains du Saint Empire ont contribué à l’extermination, puis les observants de Lombardie

La procédure de la torture est encadrée par des règles strictes.

- Le juge ne doit pas condamner volontiers la ou le condamné à la Question, mieux vaut la condamnation à la peine de prison en lui proposant d’échapper aux tortures et peut-être ne point la mettre à mort si elle avoue la vérité.

« La mort et la sorcière, la danse des femmes » Maitre de Philippe de Gueldre
Pendant que les ministres se préparent, on dépouille l’accusée, pour éviter tous maléfices cachés  dans les vêtements.

Lorsque les instruments sont prêts, le juge ou ses assesseurs par la loi, inviteront l’accusée à dire la vérité volontairement, dans le cas contraire les bourreaux enchaineront l’accusée par des cordes afin de la passer à la torture.

Si l’accusée ne veut dire la vérité face aux menaces et promesses, les bourreaux exécuteront la sentence du questionnement sans la tuer au premier jour, il faut la faire durer pour qu’elle abjure ses péchés vrais et imaginés

Si l’accusée ne meut durant la torture, elle sera emprisonnée et brûlée vive

Quelque soit la suspicion, la sanction sera la restriction de vie permanente ou définitive

Ange Arétin, Traité des Maléfices
Une « secte » désigne une communauté humaine dont les membres suivent avec rigueur une même doctrine philosophique, religieuse ou politique, en concurrence avec d'autres groupes et sans assumer une position dominante qui lui conférerait un monopole ou un caractère officiel.

Tous Droits Réservés
Retourner au contenu