Le commutateur - Fleurs de mon mal

Fleurs duMal
Aller au contenu
Le Commutateur

La vie serait plus simple si un commutateur pouvait influer sur mon comportement sentimental
L’hypersensibilité pose de gros problèmes à ceux qui la vive, ne permet pas de se livrer sans une totale confiance en l’autre
Je l’ai abordé à plusieurs reprises sans pouvoir  l’approfondir complètement

Chaque être est unique, un cas particulier à multiples complications si à cette instabilité, autres se rajoutent comme une double personnalité aux caractères bien trempés, féminine et masculine en cohabitation dans le même corps, qui ont chacune des désirs et fantasmes opposés et se rejoignent dans l’univers Bdsm.

J’ai tenté plusieurs fois une relation traditionnelle, sans cordes ni martinet, aucune prolongation après le premier essai

La femme au naturel ne me fait aucun effet, même si elle se dévêt
Un verrou dans mon cortex bloque toute émotion, aucune vibration je ressens, me laisse froid comme une dalle de marbre
Le fait d’être attaché me libère complètement, permet à mon psychique de s’activer, de connecter l’âme au corps, lui faire ressentir d’intenses vibrations à la vue d’une dominatrice de cuir vêtue, la chaleur du martinet devient pur délice

Puis le besoin de permuter de rôle en dominant celle qui partage ma couche, brûle mon corps de toute son ardeur

Cette relation ne peut fonctionner qu’avec une partenaire aux souhaits identiques, dans une vie de couple aux activités séparées, pour se retrouver au moment souhaité dans notre nid douillet autant que sur la terrasse d’un café, pour exprimer nos sentiments suivant notre imagination.

Je ne souhaite pas vivre dans une cage, ni aux pieds d’une Maitresse, nu tenu en laisse.

Ma créativité a besoin de liberté, ma folie a son désir de l’attacher

Les sites Bdsm regorgent d’annonces pour une vie de servilité, hors de mon chemin, je ne peux l’accepter

Ceux « vanille » sont identiques dans le choix des profils, mais sans aucune saveur épicée, ne souhaite pas devenir un toutou, qui sortira la poubelle après diner.

Je suis un peu féroce parfois avec celles rencontrées, mais comment leur faire comprendre, que je ne prends aucun plaisir dans un rapport sexuel traditionnel

Les partenaires que je faisais crisser de plaisir, jouissaient sous ma langue et mes caresses, sans pouvoir me donner la pareille, ce qui les attristaient profondément, me démoralisais autrement

Mon épée à double lame complique toute relation, même celle bdsm, à désirer consommer lui après elle.

Besoin irrépressible d’avoir un double rapport féminin et masculin, si le désir me vient entre amis, en soirée avec inconnu

Ma domination permet de retenir le fauve qui vit en moi, l’empêche de faire n’importe quoi

Au regard du temps passé, mes relations précédentes semblent extraordinaires, rencontre de trois perles particulières, qui n’ont plus leur double dans cet univers fade et très ordinaire.

J’ai tenté la méditation, elle m’apporte le calme et la détente musculaire, sans atteindre le cœur de mon volcan.

Les pilules et autres subtilités pharmaceutiques n’ont aucun effet sur mon organisme, une autre particularité qui pose mon cas hors des limites fixées
Les électrochocs ne feraient qu’augmenter mon statut très agité

L’humour permet d’adoucir la réalité

Mais ce dernier ne peut remplacer l’amour tant recherché

Tous Droits Réservés
Retourner au contenu